ZERO DECHET - CHRONIQUES DE N°21 A N°36

Série de podcasts réalisée en partenariat avec le SMICTOM Alsace Centrale afin de proposer des astuces zéro déchet ou qui permettront, du moins, de réduire ses déchets. Avec à la clef, la préservation de l'environnement, de la santé, des finances, mais également la satisfaction de réduire son empreinte carbone, tout en ayant fait quelque chose soi-même. Découvrez la suite des chroniques :  

  1. La salle de bain
  2. Les cosmétiques
  3. La crème de jour
  4. Hygiène féminine #1
  5. Hygiène féminine #2
  6. Hygiène bucco dentaire #1
  7. Hygiène bucco dentaire #2
  8. Le maquillage
  9. Le shampoing #1
  10. Le shampoing #2
  11. Soins capillaires
  12. Le déodorant
  13. La saponification à froid #1
  14. La saponification à froid #2
  15. Le bébé
  16. L'enfant

√ La salle de bain

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Nous allons parler réduction des déchets dans la salle de bain car c'est après la cuisine une pièce où nous avons beaucoup d'objets à usage unique comme les cotons-tiges par exemple.

En effet, nous passons quand même du temps dans la salle de bain et c'est là qu’est générer beaucoup de déchets. Nous pouvons commencer par exemple par ce fameux coton-tige que l'on peut trouver aujourd'hui d'une manière durable et lavable tout simplement. En deuxième déchet, la brosse à dents en plastique, favorisez une matière noble. Il existe différentes matières en bois, en plastique recyclé, dans de l'huile de ricin… On pense également à la tête interchangeable, pourquoi pas, elle permettra aussi de générer beaucoup moins de déchets. Il faut savoir qu'une brosse à dents ne pèse que 5 g mais nécessite malgré tout 1.5kg de plastique de déchet lors de sa fabrication et il y a 4 milliards de brosse à dents dans le monde qui sont fabriqués pa an. C'est énorme ! Evidemment les disques en coton que nous utilisons pour se démaquiller, pensez évidemment aux lavables quand c'est possible. Mesdames mesdemoiselles, pensez aux serviettes hygiéniques lavables. L’hygiène également pour les bébés avec les couches culottes lavables. Fabriquer ses cosmétiques aussi qui peuvent justement être personnalisés et là aussi cela permettra aussi d'avoir beaucoup moins de déchets dans la salle de bain. Evidemment votre dentifrice, votre savon, shampoing solide, toute la gamme beauté peut se fabriquer et général génère beaucoup moins de déchets, vous permet de gagner de la place. Pensez au tri évidemment pour un meilleur résultat, également favoriser les matériaux autres que les plastiques. Pour vous messieurs, pensez au rasoir jetable qui serait plutôt à proscrire et passez sur des choses en inox qui existent. Les lime à ongles qu'on utilise, il existe aujourd'hui des limes à ongles en verre ou en inox plutôt que le carton ou plastique.

Une autre alternative à la brosse à dents, c'est une solution qui nous vient du Maghreb ou alors du Moyen-Orient et c'est tout simplement une racine que l'on va marcher pour se laver les dents…

Oui c’est ce que l'on appelle la siwak. En fait la racine de siwak est un arbuste qui pousse au Maghreb et au Moyen-Orient et qu'on retrouve aujourd'hui sur nos étales assez facilement. Elle est intéressante parce qu’elle possède 17 propriétés pour l'hygiène bucco-dentaire. Il suffit en effet de mâcher et de brosser les dents un petit peu avec cette racine et il est vrai qu'elle peut remplacer aisément la brosse à dents et le dentifrice.

Haut de page

√ Les cosmétiques

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Les cosmétiques et produits d'hygiène que l'on trouve majoritairement dans le commerce, en plus des sources de déchets sont plus ou moins rempli de cochonneries qui vont pénétrer dans notre organisme et peuvent générer des maladies.

Oui tout à fait, tu as raison. En fait en repère du bon sens tout simplement, un cosmétique naturel est un cosmétique dont les molécules sont existantes dans la nature ou en grande proximité, il se dégrade naturellement dans l'environnement. Prenons l’exemple du silicone, qui est issu de la chimie de synthèse pour gainer le cheveu ou donner de la texture aux cosmétiques mais c'est un ingrédient qui n'existe pas dans la nature et qui ne se dégrade pas naturellement dans l'environnement au moins avant plusieurs centaines d'années. Voilà la meilleure introduction je pense du pourquoi fabriquer ses cosmétiques et produits ménagers en respect de l'environnement et de sa santé.

Parce qu’après, tous ses problèmes se retrouvent dans le corps. La peau et tous les pores ne sont pas forcément protégés et vont absorber toutes ces molécules. Du coup, l’idée c’est d’utiliser des matières premières les plus naturelles possibles, si c'est bio c'est encore mieux mais ce n’est pas forcément nécessaire si déjà nous faisons ces produits nous-même. Nous n’avons pas d'emballages donc là nous sommes bien aussi.

Nous avons une bonne transition du zéro déchet.

Par exemple qu'est-ce qu'on peut faire en cosmétiques naturels, on peut tout faire ?

Nous pouvons tout faire de toute façon, de la racine des cheveux jusqu'aux orteils on peut vraiment avoir créé tous ces produits d'une manière facile et surtout on va minimiser le nombre d'ingrédients c'est ça qui est intéressant aussi : avoir une connaissance réelle des produits qu'on va utiliser. La crème de jour évidemment, les masques, les gommages… Il n’y a pas que du féminin, c'est aussi valable pour chacun. Nous allons pouvoir fabriquer ses shampoings, ses après-shampoings, ses masques pour les cheveux, son maquillage. Nous allons aussi pouvoir protéger les enfants et les bébés.

Haut de page

√ La crème de jour

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Comment faire soi-même une crème de jour ?

Alors on va utiliser par exemple du gel d'aloe vera, une huile végétale de rose musquée ou de chanvre, également des huiles essentielles de géranium (qui est assainissante, anti-âge et astringente) et une petite pincée d’amidon de maïs.

La recette : Prenez 16mL de gel d'aloé vera pour 3mL d’huile végétale de rose ou de chanvre, 10 gouttes d’huile essentielle de géranium et une petite pincée d'amidon de maïs. Il vous suffira de secouer tout pour obtenir une petite émulsion. Vous pouvez la conserver en revanche bien au frigo pendant 3 semaines, en sachant que l’aloe vera contient déjà des conservateurs.

Donc, au niveau du temps de réalisation, on est à 2 minutes montre en main, grand maximum ?

Oui, 3 minutes au maximum. Cependant, pensez à toujours étiqueter vos fabrications, c'est très important et de dater également : il faut toujours indiquer la date de fabrication et une date de péremption.

Parce que c'est le seul «désavantage» de faire des cosmétiques au naturel, c’est qu’il n’y a pas de conservateurs ou de cochonneries donc on va moins pouvoir les garder dans le temps ?

On peut mettre des conservateurs, il existe des conservateurs naturels comme l'extrait de pépins de pamplemousse ou le leucidal qui est un extrait de radis. Il y’a également des conservateurs qui sont très connus comme le cosgard donc il faut bien sûr les utiliser. En revanche, un petit conseil c'est de ne jamais fabriquer de grosses quantités, mais toujours des petites quantités parce que déjà c'est intéressant. On va pouvoir travailler par saison, là on rentre en période automnale/hivernale donc on va être un peu plus riche dans nos huiles. Ce n'est pas non plus incompatible, parce qu’on fabrique peu donc on stocke peu de matières premières. Et puis on n’a pas finalement des crèmes à 50/60 € dans nos placards qui seront de toute façon elles aussi…

Haut de page

√ L'hygiène féminine #1

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Dans cette première partie consacrée à l’hygiène féminine, nous allons parler plus précisément de menstruation car 2 problèmes se posent avec les protections que l'on trouve majoritairement dans le commerce :  d'une elles sont sources de déchets de deux on y trouve plein de cochonneries qui vont ensuite pénétrer les organismes.

En effet, cessons simplement ce geste de dire «acheter pour jeter» mais plutôt «acheter pour laver et réutiliser». Cela serait peut-être le geste de base. Les serviettes et les tampons utilisés et qui sont jetables sont évidemment fabriqués avec des produits chimiques qui, on le sait aujourd'hui, sont nocifs pour nous. Les petits conseils, c'est de favoriser les coupes menstruelles, les serviettes lavables, les culotte de règles qui sont finalement de nombreuses alternatives saines et durables.

La coupe, pour celles qui ne connaissent pas cet objet, c’est une petite coupe qu'on va glisser. On ne la sent pas ?

Non du tout, c'est une coupe qui est fabriqué avec du silicone médical donc elle est adaptée. Il y a plusieurs tailles évidemment pour les jeunes filles, pour les jeunes femmes ou les femmes qui ont eu des enfants donc chacune trouvera la taille qui lui correspond. Il suffit juste de comprendre un petit peu son mode de mise en place mais une fois qu'on l'a utilisé, c'est vraiment parfait. Juste avoir un point d'eau à proximité pour pouvoir rincer sa coupe tout simplement mais c'est super efficace.

Et est-ce qu’il y’a des mauvais côtés à l’utilisation d’une coupe ? Parce que ce sont un peu les arguments de certaines personnes de dire que de se balader avec cette coupe peut être crade de devoir la rincer…

Non parce que finalement, il y’ a des techniques. Par exemple, tout simplement avoir une petite bouteille d'eau permet de nettoyer la coupe où vous voulez.

Quelques petites précautions d’usage toutefois, il faut se nettoyer les mains avant et après chaque manipulation de la coupe menstruelle pour éviter les cas de syndrome de choc toxique. Il est également recommandé de ne pas porter cette coupe plus de 5 heures avant de la vider, de la nettoyer et la remettre.

Haut de page

√ L'hygiène féminine #2

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Toujours dans la protection féminine, nous allons parler des culottes de règles et des serviettes jetables. Peut-on les faire soi-même déjà ?

Oui tout à fait, si vous êtes doué en couture allez-y ! Simplement, il faut bien respecter quelques matières à utiliser : du coton bio le plus sain possible… Pour la forme, cela n’est pas simple donc vous pouvez copier les produits existants même s’il faut savoir qu’aujourd'hui, de nombreux sites vous propose des produits vraiment qualitatifs et très jolis. N'hésitez pas aussi à favoriser les petits artisans de votre quartier qui fabriquent ses produits.

Autres solutions qui existent, ce sont des serviettes lavables réutilisables, on évite l'objet à usage unique qui génère beaucoup de déchets. Comment s’y prend-on pour en faire ?

C'est exactement la même chose, c'est simple : coton également et puis quelques fois il va y avoir des fibres tout simplement pour une meilleure absorption. Là encore, favorisez ce qui se fait déjà aujourd'hui, avec une amélioration du produit. Depuis maintenant 3 ans, les produits sont vraiment très fiables.

Haut de page

√ L'hygiène bucco-dentaire #1

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Nous allons parler hygiène bucco-dentaire car comme pour d'autres produits d'entretien ou cosmétiques, là aussi  sont produit pas mal de déchets. Dans ces produits, on va trouver des matières qui ne sont pas tout saines pour notre corps, que l'on va ingérer et qui vont abîmer nos gencives et nos dents. Du coup, la solution c'est de les faire soi-même pour éviter toutes ces problématiques.

L’hygiène bucco-dentaire est vraiment très importante mais génère également beaucoup de déchets entre les brosses à dents, les tubes de dentifrice et les soins de bouche. Ce sont des choses bien sûr que l'on peut fabriquer sans problème également à la maison.

Et donc nous allons parler chiffre un petit peu : par exemple, on estime qu’en termes de dentifrice il y en a plusieurs millions qui sont consommés chaque année en France…

En France, nous avons quand même 194 millions de tube de dentifrice quand même qui passent dans nos déchets par an, c'est énorme ! Donc si nous pouvons supprimer déjà, cela serait mieux.

Et donc pour supprimer quelques milliers par exemple, nous pouvons faire nous-même notre dentifrice alors comment faisons-nous ?

Pour faire son dentifrice soi-même, il y’a une recette maison à laquelle j'adhère  et que je vous partage.

La recette (pour 50mL environ = un mois de dentifrice) :  Il vous faut 47g d'eau minérale, 4g de glycérine végétale, un gramme de gomme de xanthane, 2 goûtes de base lavante ou un peu de savon pur, ce qu'il a donné un petit peu le côté moussant. Mélangez le tout au fouet avec vigueur. Ensuite, vous ajoutez 9g de blanc de Meudon (qui va jouer le rôle de l'abrasif mais en revanche très doux pour les dents), mettez 3 g de bicarbonate de soude, rajoutez encore un petit peu d'eau minérale  et également 10g d’extrait de pépins de pamplemousse qui va être un conservateur et pour donner un petit goût au dentifrice, rajoutez 3g d'huile essentielle de pamplemousse et 2 gouttes d'huile essentielle de géranium Rosa. Mélangez le tout et vous aurez un dentifrice parfait.

Haut de page

√ L'hygiène bucco-dentaire #2

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Nous poursuivons dans l’hygiène bucco-dentaire avec le bain de bouche…

Aujourd'hui de nombreuses personnes aiment et adhèrent à ce système. Il en existe plusieurs évidemment, dont le plus efficace qui est le bain de bouche à l'huile de coco. Il faut savoir qu'il faut malgré tout garder en bouche 15 minutes l'huile de coco, efficace parce qu’elle élimine tous les résidus chargés de toxines, mais il faut pouvoir évidemment garder en bouche et recracher. Le deuxième bain de bouche, c’est celui auquel j’adhère. C'est le bain de bouche à l'hydrolat avec soit de la sauge sclarée, soit de la menthe poivrée. Attention toutefois, si vous voulez utiliser la menthe poivrée à ne pas suivre un traitement homéopathique ! Vous allez pour cela utiliser donc 110mL d’hydrolat, donc sauge sclarée ou menthe poivrée, vous portez à 50 degrés et ensuite vous versez une cuillère à café de bicarbonate de soude, une pincée de sel rose de l'Himalaya ou du sel de la Mer Morte et vous mélangez tout ça. Vous aurez un soin de bouche parfait.

Haut de page

√ Le maquillage

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Nous restons dans la salle de bains, après l’hygiène bucco-dentaire nous nous tournons à présent vers le maquillage.

Nous allons générer de toute façon, dès l'instant où nous allons acheter des produits de manière industriel, générer du déchet. Donc les fabriquer à la maison, c'est vraiment c'est très rapide à faire. Une première recette de poudre matifiante pour le visage, simple économique et rapide, avec de la fécule de maïs ou du tapioca et pourquoi pas des épices comme le curry, le curcuma, la cannelle et d’autres, mélangez tout ça et là vous aurez une poudre matifiante pour le visage qui ne génère aucun déchet.

Et ensuite le baume à lèvres, comment fait-on pour faire un baume à lèvre zéro déchet ? Est-ce que nous pouvons faire plusieurs baumes à lèvre en fonction de nos préférences de goût et d’odeur ?

Bien sûr, encore une fois le baume à lèvre, nous voyons que nous allons en acheter quelques pendant la saison automnale hivernale. Sachez que tout simplement, juste une petite goutte de miel sur vos lèvres très abîmées va suffire tout simplement à les soigner, vous étalez simplement cette goute et vous avez un baume à lèvres parfait. Je vais vous donner une petite recette vraiment hyper basique pour préparer votre petit baume à lèvre réparateur. Il vous faudra donc 2g de cire d'abeille pour 20g d'huile d'olive ensuite il vous suffit simplement de faire fondre dans un bain-marie et ensuite vous avez votre petit baume qui est prêt. Vous pouvez le mettre dans un petit pot évidemment hermétique et puis vous pouvez vous passer ça sur les lèvres quand le besoin s'en fait ressentir. Evidemment, cela ne génère aucun déchet supplémentaire mise à part peut-être la cire d'abeille.

Haut de page

√ Le shampooing #1

Invitée : Frédérique de l'Atelier Grün

Nous allons parler des soins capillaires, donc pas besoin de se tirer les cheveux. Nous allons tout vous expliquer et on commence rapidement avec un shampoing express avec seulement du naturel.

Allez, nous allons dire hyper basique et surtout très végétal, c'est le shampoing express à la farine de pois chiche. Le pois chiche est intéressant parce qu'il contient des saponines (les agents lavants qui permettent de laver ses cheveux. Pour la petite recette, prenez 2 cuillères à soupe de farine de pois chiche pour 2 cuillerées à soupe d'eau ou d'infusion, par exemple la camomille pour les gens qui ont les cheveux plus blonds ou du thé vert qui est un anti pelliculaire. Vous pouvez y ajouter si besoin pour hydrater une cuillère à café de sirop d'agave ou d'aloé vera pour les cuir chevelu plus sensibles. Vous mélangez tout ça pour l'obtention d'une bonne pâte, à appliquer avec un massage doux sur les cheveux et on rince tout simplement.

Donc là c'est très rapide à faire, nous allons maintenant parler shampoing solide. Cela prend un peu plus de temps à faire quand même non ?

Tout à fait, ce qui est intéressant dans la manière de fabriquer son shampoing solide, c'est d'adapter en fait à son cheveu. Il est vrai que nous trouvons maintenant beaucoup de shampoings solides dans le commerce, en revanche ils sont souvent pour tout type de cheveux et non pas à personnaliser. C’est ce qui fait que les gens reviennent quelquefois au shampoing liquide, beaucoup plus classique et industriel. Il est vrai que le shampooing solide est intéressant parce qu’il y a peu ou pas d’emballage, peu ou pas de conservateurs. Il est aussi économique : un pain de 100 grammes représente 500mL de shampoing liquide. N'oubliez pas également qu’il ne contient que de la matière active, il n’y a pas d'eau ni de silicone. Il vous faudra un petit peu de temps pour que votre cheveu s'acclimate également pour tout simplement lui permettre de se détoxifier, peut-être qu'il faudra 1 à 2 mois. C'est pour cela d'ailleurs que je vous conseille l'alternance.

Haut de page